La Gestion des risques: De l'anti-psychiatrie à l'après-psychanalyse par Robert Castel

La Gestion des risques: De l'anti-psychiatrie à l'après-psychanalyse

Titre de livre: La Gestion des risques: De l'anti-psychiatrie à l'après-psychanalyse

Éditeur: Minuit

Auteur: Robert Castel


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Robert Castel avec La Gestion des risques: De l'anti-psychiatrie à l'après-psychanalyse

Au cours des années soixante-dix, deux systèmes de représentations ont paru dominer le champ médico-psychologique : celui d’une psychiatrie sociale qui, s’arrachant au ghetto asilaire, allait épouser enfin son siècle ; celui d’une psychanalyse qui proposait un modèle indépassable d’exploration du sujet.
Pendant que ces débats bruyants occupaient le devant de la scène, de nouvelles technologies s’installaient et prenaient date. Que nous entrions, d’une certaine manière, dans l’après-psychiatrie et dans l’après-psychanalyse ne signifie évidemment pas que les pratiques qu’elles inspirent encore soient périmées ou dépassées. Mais elles sont entrées en crise, leur systématicité se fissure, l’imaginaire qui les supportait s’affaisse, et leur apport est désormais banalisé au sein d’une nouvelle configuration qu’elles ont cessé de maîtriser. La psychiatrie rentre dans le giron de la médecine et la psychanalyse se noie au sein d’une culture psychologique généralisée qu’elle a contribué à promouvoir.
Un réseau beaucoup plus complexe d’activités d’expertises, d’évaluations, d’assignations et de distribution des populations, mais aussi de travail sur la normalité est maintenant à décrire. Il représente une nouvelle formule de gestion du social organisé autour d’un pôle centralisé de prévention des risques et d’un pôle apparemment convivial de prise en charge des fragilités. À la limite, un couple fonctionnel informatisation-psychologisation. L’ordre post-disciplinaire qu’il dessine passe moins par l’imposition des contraintes que par la programmation de l’efficience. Une subjectivité travaillée par les nouvelles psycho-technologies n’a plus d’autre objectif que sa propre culture et se trouve de ce fait disponible pour toutes les planifications technocratiques. C’est sans doute le nouveau plan de gouvernementalité néolibéral qui se dessine ainsi.

Cet ouvrage est paru en 1981.

Livres connexes

Au cours des années soixante-dix, deux systèmes de représentations ont paru dominer le champ médico-psychologique : celui d’une psychiatrie sociale qui, s’arrachant au ghetto asilaire, allait épouser enfin son siècle ; celui d’une psychanalyse qui proposait un modèle indépassable d’exploration du sujet.
Pendant que ces débats bruyants occupaient le devant de la scène, de nouvelles technologies s’installaient et prenaient date. Que nous entrions, d’une certaine manière, dans l’après-psychiatrie et dans l’après-psychanalyse ne signifie évidemment pas que les pratiques qu’elles inspirent encore soient périmées ou dépassées. Mais elles sont entrées en crise, leur systématicité se fissure, l’imaginaire qui les supportait s’affaisse, et leur apport est désormais banalisé au sein d’une nouvelle configuration qu’elles ont cessé de maîtriser. La psychiatrie rentre dans le giron de la médecine et la psychanalyse se noie au sein d’une culture psychologique généralisée qu’elle a contribué à promouvoir.
Un réseau beaucoup plus complexe d’activités d’expertises, d’évaluations, d’assignations et de distribution des populations, mais aussi de travail sur la normalité est maintenant à décrire. Il représente une nouvelle formule de gestion du social organisé autour d’un pôle centralisé de prévention des risques et d’un pôle apparemment convivial de prise en charge des fragilités. À la limite, un couple fonctionnel informatisation-psychologisation. L’ordre post-disciplinaire qu’il dessine passe moins par l’imposition des contraintes que par la programmation de l’efficience. Une subjectivité travaillée par les nouvelles psycho-technologies n’a plus d’autre objectif que sa propre culture et se trouve de ce fait disponible pour toutes les planifications technocratiques. C’est sans doute le nouveau plan de gouvernementalité néolibéral qui se dessine ainsi.

Cet ouvrage est paru en 1981.Au cours des années soixante-dix, deux systèmes de représentations ont paru dominer le champ médico-psychologique : celui d’une psychiatrie sociale qui, s’arrachant au ghetto asilaire, allait épouser enfin son siècle ; celui d’une psychanalyse qui proposait un modèle indépassable d’exploration du sujet.
Pendant que ces débats bruyants occupaient le devant de la scène, de nouvelles technologies s’installaient et prenaient date. Que nous entrions, d’une certaine manière, dans l’après-psychiatrie et dans l’après-psychanalyse ne signifie évidemment pas que les pratiques qu’elles inspirent encore soient périmées ou dépassées. Mais elles sont entrées en crise, leur systématicité se fissure, l’imaginaire qui les supportait s’affaisse, et leur apport est désormais banalisé au sein d’une nouvelle configuration qu’elles ont cessé de maîtriser. La psychiatrie rentre dans le giron de la médecine et la psychanalyse se noie au sein d’une culture psychologique généralisée qu’elle a contribué à promouvoir.
Un réseau beaucoup plus complexe d’activités d’expertises, d’évaluations, d’assignations et de distribution des populations, mais aussi de travail sur la normalité est maintenant à décrire. Il représente une nouvelle formule de gestion du social organisé autour d’un pôle centralisé de prévention des risques et d’un pôle apparemment convivial de prise en charge des fragilités. À la limite, un couple fonctionnel informatisation-psychologisation. L’ordre post-disciplinaire qu’il dessine passe moins par l’imposition des contraintes que par la programmation de l’efficience. Une subjectivité travaillée par les nouvelles psycho-technologies n’a plus d’autre objectif que sa propre culture et se trouve de ce fait disponible pour toutes les planifications technocratiques. C’est sans doute le nouveau plan de gouvernementalité néolibéral qui se dessine ainsi.

Cet ouvrage est paru en 1981.